Brexit: la frontière irlandaise fâche à nouveau les alliés de Theresa May

Brexit: la frontière irlandaise fâche à nouveau les alliés de Theresa May

55
0
SHARE
Brexit text with British and Eu flags illustration

Une lettre adressée cette semaine par la Première ministre britannique Theresa May à son allié nord-irlandais DUP a provoqué la fureur du petit parti unioniste qui l’accuse de vouloir sacrifier l’unité britannique sur l’autel d’un accord sur le Brexit.

Dans ce courrier, envoyé aux chefs du DUP et révélé par le quotidien The Times, Mme May explique que l’Union européenne insiste pour que l’Irlande du Nord reste alignée réglementairement avec l’Irlande voisine, membre de l’UE, afin d’éviter le retour d’une frontière entre les deux parties de l’île. Cette solution baptisée « filet de sécurité » ou « backstop » en anglais interviendrait tant qu’un accord sur la future relation entre le Royaume-Uni et l’UE n’est pas trouvé.

Mme May ajoute qu’elle « n’accepterait jamais » une solution qui « diviserait le Royaume-Uni ». Mais loin de rassurer, la lettre a ravivé la colère du DUP, qui estime au contraire que la dirigeante conservatrice cède à l’UE et est prête à accepter un statut particulier pour l’Irlande du Nord.

« La lettre de la Première ministre est un signal d’alarme pour ceux qui attachent de l’importance à l’intégrité de notre précieuse union et pour ceux qui veulent un véritable Brexit pour l’ensemble du Royaume-Uni », a tweeté vendredi matin la cheffe du DUP, Arlene Foster.

« D’après cette lettre, il semble que la Première ministre s’accroche à l’idée d’une frontière en mer d’Irlande », interprète Arlene Foster, malgré les assurances de Downing Street.

C’est une « trahison complète », a fustigé auprès de Skynews le porte-parole du DUP chargé du Brexit, Sammy Wilson.

Theresa May qui espère conclure les négociations avec Bruxelles rapidement pour permettre au parlement britannique de s’exprimer avant la pause de fin d’année a besoin des dix voix du DUP, faute de majorité absolue pour son Parti conservateur.

Le Brexit sera vendredi au menu des discussions d’un sommet sur britannico-irlandais sur l’île de Man réunissant le Premier ministre irlandais Leo Varadkar, le secrétaire d’Etat auprès du cabinet de Mme May, David Lidington, la ministre britannique chargée de l’Irlande du Nord Karen Bradley et les chefs des gouvernements écossais et gallois.

Pendant ce temps, la Première ministre britannique rencontrera Emmanuel Macron dans la Somme pour un déjeuner de travail, avant de visiter avec lui la nécropole franco-britannique de Thiepval, dans le cadre des commémorations du centenaire de la Première guerre mondiale

SHARE
Previous article
Next articleREVUE DE PRESSE DU 09 11 18

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY