Les principaux moments de l’affaire Kim Dotcom

Les principaux moments de l’affaire Kim Dotcom

346
0
SHARE

Voici les moments clé de l’affaire Kim Dotcom, fondateur sulfureux de Megaupload, visé en Nouvelle-Zélande par une demande américaine d’extradition.

 

-mars 2005: Kim Dotcom, de son vrai nom Kim Schmitz, créé le site de téléchargement Megaupload, qui durant ses heures de gloire, affichait 50 millions d’utilisateurs quotidiens et disait représenter 4% du trafic internet.

 

-février 2010: Kim Dotcom déménage en Nouvelle-Zélande, expliquant qu’il veut délaisser son mode de vie de fêtard pour se consacrer à sa famille.

 

-janvier 2012: l’empire de Kim Dotcom s’effondre quand la police débarque dans sa luxueuse propriété d’Auckland à la demande des autorités américaines. Parmi les biens saisis, de vastes quantités d’argent en liquide, une statue grandeur nature d’un Predator, créature de science-fiction, et 18 voitures de luxes ornées de plaques d’immatriculation où l’on pouvait lire entre autres « Défoncé », « Hacker » et « Coupable ».

 

-février 2012: après un mois de prison, Kim Dotcom est placé en liberté sous caution. Il dit qu’il va rester en Nouvelle-Zélande pour lutter pied à pied contre les accusations du FBI, selon lequel Megaupload a empoché illégalement plus de 175 millions de dollars et privé leurs détenteurs de 500 millions de droits d’auteurs en proposant au téléchargement des contenus piratés.

 

-juin/octobre 2012: la Haute cour de Nouvelle-Zélande juge que la perquisition de son domicile était illégale. Les services de renseignements reconnaissent avoir surveillé auparavant Dotcom illégalement. Ce jugement sera infirmé par la suite mais le Premier ministre John Key présente ses excuses pour les opérations de surveillance.

 

-janvier 2013: Kim Dotcom lance un nouveau site de partage de fichiers baptisé Mega, un an exactement après la descente de police à son domicile. Il prendra ensuite ses distances d’avec le site, qui revendique désormais plus de 22 millions d’utilisateurs, pour, dit-il, se concentrer sur son combat judiciaire.

 

-septembre 2014: le parti Internet Mana lancé par le flamboyant magnat de la technologie essuie un échec cuisant aux élections. Il reconnaît que son nom fait l’effet d’un « poison » tandis que John Key, son ennemi juré, remporte un troisième mandat.

 

-septembre 2015: après de multiples reports, la justice néo-zélandaise doit commencer à examiner la demande d’extradition de Kim Dotcom et de trois co-accusés, des anciens cadres de Megaupload Finn Batato, Mathias Ortmann et Bram van der Kolk. En cas d’extradition, ils feront face aux Etats-Unis à des poursuites pour blanchiment d’argent, racket, et détournement de droits d’auteur et risquent jusqu’à 20 ans de prison.

 

NO COMMENTS