Sierra Leone: les exportations d’or et de diamant en chute libre à...

Sierra Leone: les exportations d’or et de diamant en chute libre à cause d’Ebola

408
0
SHARE

Les exportations d’or de la Sierra Leone ont été divisées par trois, et celles de diamant ont baissé de moitié au cours du premier semestre 2015, signe des dommages causés par l’épidémie d’Ebola sur l’industrie minière, a annoncé samedi l’Agence nationale des minerais. 

Les exportations d’or sont passées de 11,7 kg en janvier à 3,9 kg en juin et en juillet, entraînant une baisse des revenus de 433.000 à 132.000 dollars (soit de 380.000 à 115.800 euros), a déclaré l’Agence nationale des minerais du pays dans un communiqué. 

« L’effarante baisse de 297% des exportations d’or n’est pas étonnante, étant donné que le virus mortel d’Ebola, qui sévissait à l’intérieur du pays, a fait fuir et la main d’œuvre des domaines miniers, et les propriétaires », explique le communiqué. 

Dans le même temps, les exportations de diamant ont baissé de près de moitié, passant de 64,500 carats en avril à 35.600 carats en juillet. 

L’épidémie d’Ebola a dévasté les industries minière, touristique et agricole de la Sierra Leone, de la Guinée et du Libéria, déjà fragilisés par des années de guerre civile, de dictatures ou de coups d’État. 

Cette épidémie qui a touché l’Afrique de l’Ouest est la plus grave depuis l’identification du virus en Afrique centrale en 1976. Elle a fait environ 11.300 morts depuis la fin 2013, sur environ 27.500 cas – un bilan cependant sous-évalué, de l’aveu même de l’OMS. La quasi-totalité des victimes sont à déplorer en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone.

Propulsée par l’investissement étranger dans ses richesses minières, la Sierra Leone avait fait des progrès économiques considérables après une guerre civile de 11 ans, enregistrant une croissance de 11,3% en 2013. 

Toutefois, l’épidémie d’Ebola a mis fin à cette embellie. En 2014, la croissance du pays ne s’élevait plus qu’à 4%, et une récession de 2% est désormais attendue cette année, alors qu’une croissance de 8,9% était prévue avant le déclenchement de la crise.

NO COMMENTS