US Open: Shapovalov retrouve Edmund et un fantôme de la Coupe Davis

US Open: Shapovalov retrouve Edmund et un fantôme de la Coupe Davis

76
0
SHARE

Le prodige canadien Denis Shapovalov va retrouver le Britannique Kyle Edmund au 3e tour de l’US Open vendredi, un duel qui le ramène au pire moment de sa jeune carrière, lorsqu’il a été disqualifié en Coupe Davis pour avoir blessé involontairement un arbitre.

« J’ai beaucoup changé depuis cet incident, j’ai beaucoup travaillé sur moi, cela m’a permis de mûrir », a insisté Shapovalov après sa nette victoire –6-4, 6-4, 7-6 (7/3)–, face au Français Jo-Wilfried Tsonga au 2e tour de l’US Open.

En février dernier, alors que le Canada affrontait à domicile la Grande-Bretagne dans le cadre du 1er tour de la Coupe Davis, Shapovalov, alors encore largement inconnu du grand public et aligné pour la première fois à ce stade de la compétition à seulement 17 ans, avait provoqué la défaite de son équipe (3-2).

Nettement dominé par Edmund (6-3, 6-4, 3-1) dans le quatrième simple décisif, il avait exprimé sa frustration après un point perdu, en frappant une balle en direction des tribunes.

Sauf que la balle a fini sa course en plein dans le visage de l’arbitre de chaise, le Français Arnaud Gabas, qui n’a pas eu d’autre choix que de le disqualifier et de donner de fait la victoire à la Grande-Bretagne.

Shapovalov a écopé de la part de la Fédération internationale d’une amende et a présenté ses excuses à plusieurs reprises à l’arbitre, opéré par la suite du plancher orbital.

Mais l’incident lui a été rappelé quelques minutes seulement après l’une des victoires les plus importantes de sa carrière, ce qui n’a pas manqué de l’agacer.

« Le match à venir n’a rien à voir avec ce qu’il s’est passé, j’ai présenté mes excuses à plusieurs reprises et je continue à le faire, c’est quelque chose avec lequel je vais devoir vivre », a-t-il expliqué.

« Pour moi, cela fait partie du passé, je suis un homme différent, un joueur différent, c’est un match différent », a conclu le 69e mondial.

 

NO COMMENTS