fbpx
SIKKA TV

Bénin: Joël Aïvo mis en examen pour «atteinte à la sûreté et blanchiment de capitaux»

Ecouter l'article

L’opposant, dont la candidature à la présidentielle de dimanche dernier a été rejetée, a été interpellé jeudi après-midi. Après avoir été entendu plusieurs heures, la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme l’a mis en examen vendredi soir 16 avril pour « atteinte à la sûreté et blanchiment de capitaux ». Son arrestation est liée aux tensions préélectorales qui ont fait au moins deux morts.

Vingt-quatre heures après son interpellation, Joël Aïvo a été mis en examen par la Criet puis conduit à la prison civile de Cotonou, selon certaines sources. Le candidat recalé de l’opposition sera jugé dans trois mois, le 15 juillet exactement pour « atteinte à la sureté et blanchiment de capitaux ».

Trois autres personnes dont le responsable financier de son mouvement sont mises en cause et placées comme lui sous mandat de dépôt. Quatre avocats se sont constitués pour le défendre. L’un d’eux se dit surpris qu’on parle pendant les auditions d’incitation à la révolte pour retenir à la fin à une infraction d’atteinte à la sûreté.

Figure de l’opposition

Joël Aïvo, 47 ans, originaire de Porto-Novo, est l’une des figures de l’opposition. Le constitutionnaliste et professeur de droit n’a pas pu se présenter à la dernière présidentielle. Son dossier de candidature, avec son colistier Moïse Kérékou, a été rejeté, faute d’avoir recueilli les 16 parrainages d’élus nécessaires. Les opposants dénoncent un système qui verrouille l’élection, puisque la quasi-totalité des parrains appartiennent à la majorité présidentielle.

Comme d’autres, Joël Aïvo avait appelé à boycotter le scrutin de dimanche. « Je ne voterai pas », avait-il écrit sur sa page Facebook avant l’élection. Sur les réseaux sociaux également, il a réagi aux résultats annoncés par la Commission électorale en début de semaine, en évoquant des « chiffres préfabriqués ». Selon ces résultats provisoires, confirmés ce jeudi par la Cour constitutionnelle, le taux de participation s’élève à 50% et Patrice Talon l’emporte dès le premier tour avec plus de 86% des voix.

Joël Aïvo est membre de la plateforme d’opposition FRD, Front pour la restauration de la démocratie, comme le parti Les Démocrates de l’ancien président Thomas Boni Yayi. Il avait tenu un meeting avec Reckya Madougou, le jour où celle-ci, qui a également vu sa candidature à la présidentielle rejetée, avait été arrêtée début mars. Elle se trouve à présent en détention provisoire soupçonnée de financement du terrorisme.

CE QU’IL SE PASSE AU BÉNIN EST HALLUCINANT POUR LE PAYS QUI A CONNU DES ALTERNANCES DÉMOCRATIQUES, QUI A CONNU UNE COUR CONSTITUTIONNELLE TRÈS INDÉPENDANTE… CE QU’IL SE PASSE AUJOURD’HUI, C’EST UN VÉRITABLE NAUFRAGE DES INSTITUTIONS JUDICAIRES AU BÉNIN. ON NE COMPREND PAS CE QUI ARRIVE…

ARTICLES SIMILAIRES

Nigeria: 13 militaires tués dans une attaque jihadiste dans le nord-est

SIKKA TV

Burkina: sept soldats tués dans une embuscade dans le Nord

SIKKA TV

Barack Obama salue la victoire “historique” de Joe Biden

SIKKA TV

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Politique de confidentialité et cookies