fbpx
SIKKA TV

Burkina: sept soldats tués dans une embuscade dans le Nord

Sept soldats burkinabè ont été tués et plusieurs blessés ou “portés disparus” mercredi dans une embuscade tendue dans le nord du Burkina Faso, en pleine campagne pour l’élection présidentielle, a appris l’AFP jeudi de sources de sécurité.

“Une patrouille militaire est tombée dans une embuscade sur l’axe Tin Akoff-Beldiabé” des localités situées dans la province de l’Oudalan, frontalière du Mali et du Niger, a déclaré une de ces sources de sécurité.

“Le bilan provisoire est de sept militaires tués et des blessés”, d’autres soldats étant “portés disparus”, selon cette source.

“Une opération de ratissage est en cours pour traquer les assaillants et rechercher les éléments qui manquent à l’appel”, a précisé une autre source de sécurité, confirmant l’attaque.

La dernière embuscade contre des soldats dans le nord du Burkina, la zone du pays la plus touchée par les exactions jihadistes, remontait au 11 septembre. Quatre militaires avaient été tués.

Le Burkina Faso, miné par une spirale d’attaques jihadistes depuis cinq ans, organise des élections présidentielle et législatives le 22 novembre.

Le président burkinabé Roch Marc Christian Kaboré, candidat à un second mandat, a lancé sa campagne la semaine passée en promettant de ramener “la paix”. 

Ses détracteurs lui reprochent d’avoir été incapable de faire face aux menaces jihadistes croissantes lors de son premier mandat.

En raison des violences jihadistes touchant une grande partie du territoire, près de 1.500 villages (sur plus de 8.000) dans 22 communes (sur plus de 300) ne participeront pas au scrutin. 

En septembre, les députés ont adopté une loi permettant de valider les résultats des élections même si elles ne se déroulent pas sur l’ensemble du territoire. 

Le Conseil constitutionnel avait constaté l’existence d’une “force majeure”, la “non couverture de 17,70% du territoire national” par le scrutin, en raison de la “présence de groupes terroristes dans les localités, l’absence de l’administration dans les zones affectées, l’abandon par les populations de leurs sites d’habitation pour d’autres localités”. 

Les attaques jihadistes, souvent entremêlées à des conflits intercommunautaires, ont fait plus 1.200 morts et un million de déplacés depuis 2015.

Sous-équipées et mal entraînées, les forces burkinabè ne parviennent pas à enrayer la spirale de violences jihadistes, malgré l’aide de troupes étrangères, notamment de la France, présente dans le Sahel avec 5.100 hommes dans le cadre de l’opération antijihadiste Barkhane.

Les violences jihadistes mêlées à des conflits intercommunautaires qui touchent cette partie du Sahel ont fait au total 4.000 morts au Mali, au Niger et au Burkina Faso en 2019, selon l’ONU.

Avec AFP

ARTICLES SIMILAIRES

Des trésors culturels, victimes collatérales de la pandémie

SIKKA TV

«Enquête russe» aux États-Unis: Donald Trump gracie son ex-conseiller Michael Flynn

SIKKA TV

Caricatures: le Conseil des sages musulman annonce des poursuites contre Charlie Hebdo

SIKKA TV

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Politique de confidentialité et cookies