fbpx
SIKKA TV

Démission et déclarations du juge des libertés de la Criet/Le ministre béninois de la justice, réagit : «Les juges sont indépendants»

Ecouter l'article

“Je ne le connais pas. Je ne  l’ai jamais rencontré. Vous savez le contexte politique actuel du Bénin. Vous savez que Reckya Madougou appartient à ce qu’on appelle l’opposition radicale. Elle a juré partout que les élections n’auraient pas lieu…

La déclaration du juge est une déclaration orientée, suscitée. Il n’y a pas d’instruction donnée. On n’en avait pas besoin. Les juges sont indépendants et ne sont soumis qu’à l’autorité de la loi”.

Lire aussi : Au Bénin: un magistrat dénonce des pressions politiques

Le ministre de la justice à Rfi

L’intégralité de la déclaration de Essowê Batamoussi sur rfi dans l’émission Afrique Matin

Juge Essowê Batamoussi : “Le juge que je suis n’est pas indépendant comme cela se devait d’être. Toutes les décisions que nous avons été emmenées à prendre l’ont été sur pression. Je citerai la dernière. Celle qui a vu le placement de dame Reckya Madougou en détention. Dans ce dossier, nous avons été donc sollicité par la chancellerie, car le dossier ne comportait aucun élément qui pouvait nous décider à la mettre en détention. Ce n’était pas la première fois. Il y a eu pas mal de dossiers ou nous avons reçu les instructions de la chancellerie ».-

Journaliste : Votre démission n’est-elle pas plutôt une tentative de manipulation à quelques jours de la présidentielle ?-

Juge Essowê Batamoussi: “Je ne suis pas politicien et moi je ne parle que de ma maison justice. Ce que je dénonce, c’est pour aider un temps soit peu les collègues qui y sont actuellement et qui sont sous pression et amener le peuple à savoir qu’ils n’agissent pas de leur propre gré et qu’ils ont la pression du pouvoir et essayer de nous comprendre.”

Le juge Essowê Batamoussi, joint par Victor Moria.

******************************  

1- Les propos du juge Essowe Batamoussi renvoient à la question de l’indépendance des tribunaux au Bénin. Par Glory Hossou

2- En mars 2019, la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples, mécanisme judiciaire de protection des droits humains sur le continent, avait déjà condamné le Bénin pour n’avoir pas garanti l’indépendance des tribunaux comme le recommande le droit international. Cf. Sébastien Germain AJAVON C. République du Bénin. Requête N°13/2017

3- L’indépendance des tribunaux est un critère important pour un procès équitable.

4- Aucun citoyen n’est en sécurité quand les tribunaux ne sont pas indépendants. Quand le juge au lieu de dire le droit, doit attendre une consigne extérieure avant de statuer.

5- Les propos du juge Essowe Batamoussi, s’ils sont avérés, doivent être l’occasion pour les gouvernants d’engager de sérieuses réformes pour rendre véritablement indépendante la justice au Bénin conformément aux engagements internationaux.

6- La société civile doit être un groupe de pression efficace capable d’amener les gouvernants à faire ce pour quoi ils sont élus. Ce pour quoi des femmes et des hommes s’alignent sous le soleil pour voter pour eux les dimanches.

7- La réforme du Conseil Supérieur de la magistrature devrait avoir pour objectif de renforcer l’indépendance du juge et de son office. Non de les affaiblir.

Avec La Dépêche Info

ARTICLES SIMILAIRES

Nouvelles manifestations dans toute la France contre la loi «sécurité globale»

SIKKA TV

Présidentielle – Bénin: Le dépôt des candidatures s’ouvre le 1er février

SIKKA TV

Crise politique en RDC : l’ex-président Joseph Kabila quitte Lubumbashi pour un séjour aux Emirats Arabes Unis

SIKKA TV

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Politique de confidentialité et cookies