fbpx
SIKKA TV

Guinée: l’opposition annonce la reprise des manifestations

Ecouter l'article

Dix candidats d’opposition à l’élection présidentielle du 18 octobre en Guinée ont appelé vendredi leurs partisans à reprendre les manifestations mardi, en rejetant les résultats provisoires de la présidentielle ayant déclaré le chef de l’Etat, Alpha Condé, réélu.

Cette annonce, le 24 octobre, avait déclenché la joie de ses supporters et donné le coup d’envoi à une semaine de violences meurtrières entre partisans des deux camps et de heurts entre les forces de l’ordre et des jeunes manifestants dans les quartiers réputés favorables à l’opposition.

“Compte-tenu des graves irrégularités enregistrées avant, pendant et après le scrutin, les participants ont décidé de rejeter catégoriquement les résultats provisoires proclamés”, a déclaré devant la presse à Conakry Cellou Dalein Diallo, arrivé second du scrutin du 18 octobre – en compagnie de neuf autres candidats.

Au total 12 candidats ont participé au scrutin. Selon Aliou Condes, secrétaire général du parti de M. Diallo, l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), un seul, Laye Souleymane Diallo, a reconnu la victoire du chef de l’Etat.

“A partir de mardi nous allons reprendre les manifestations pacifiques dans les rues et les places publiques pour dénoncer le hold-up électoral en cours et exiger la reconnaissance de notre victoire”, a ajouté M. Diallo, qui avait déjà rejeté les résultats dès leur proclamation par la Commission nationale électorale (Céni).

Selon les résultats provisoires annoncés le 24 octobre par la Céni, le chef de l’Etat, 82 ans, a été reconduit pour un troisième mandat controversé en obtenant 59,5% des suffrages exprimés. Le chef de l’opposition a été crédité de 33,5% des voix.

Selon le gouvernement, les violences post-électorales ont fait 21 morts, dont des membres des forces de l’ordre. L’opposition dénonce pour sa part une “répression sanglante” ayant fait au moins 27 tués. Vendredi, M. Diallo, a affirmé que “plus de trente” personnes avaient été tuées.

Le pouvoir guinéen a allégé mercredi le dispositif sécuritaire en place depuis la présidentielle, notamment autour du domicile du chef de l’opposition.

Avec AFP

ARTICLES SIMILAIRES

Etats-Unis : la Virginie devient le premier Etat du Sud à abolir la peine de mort

SIKKA TV

Une semaine après l’élection, Trump et Biden dans des réalités parallèles

SIKKA TV

Au Nigeria, de nombreux élèves kidnappés dans une école privée musulmane

SIKKA TV

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Politique de confidentialité et cookies