fbpx
SIKKA TV

Julian Assange: le gouvernement de Joe Biden fait appel du refus britannique d’extrader Assange

Ecouter l'article

Le gouvernement du président américain Joe Biden a fait appel du refus de la justice britannique d’extrader le fondateur de WikiLeaks Julian Assange, a annoncé vendredi le ministère américain de la Justice. L’appel montre que Joe Biden a bien l’intention de juger Julian Assange pour la diffusion massive de documents confidentiels à partir de 2009.

Washington avait jusqu’à vendredi pour faire appel de la décision de la juge Vanessa Baraitser, qui avait refusé le 4 janvier son extradition vers les États-Unis en invoquant le risque de suicide du fondateur de WikiLeaks dans le système carcéral américain. “Oui, nous avons fait appel et nous continuons à chercher à obtenir son extradition“, a déclaré à l’AFP le porte-parole du ministère Marc Raimondi.

Plusieurs organisations de défense des droits humains et de la liberté de la presse avaient demandé à Joe Biden d’abandonner les poursuites contre Julian Assange, estimant que ces poursuites “menacent la liberté de la presse” et créeraient un précédent de nature à “criminaliser” des pratiques journalistiques.

Julian Assange se trouve sous le coup de poursuites lancées sous la présidence de Donald Trump, à qui les soutiens de Julian Assange avaient demandé de le gracier, en vain. Sous Barack Obama, qui avait Joe Biden pour vice-président, la justice américaine avait renoncé à poursuivre le fondateur de WikiLeaks.

Il y a 10 ans, Joe Biden avait estimé que Julian Assange s’apparentait davantage à un “terroriste high tech” qu’à un héritier des “Pentagon papers” ayant révélé dans les années 1970 les mensonges des Etats-Unis sur la guerre du Vietnam.

Lire aussi :Julian Assange ne sera pas extradé vers les États-Unis

L’Australien de 49 ans est détenu au Royaume-Uni en attendant que la justice britannique examine l’appel et sa fiancée Stella Morris a appelé la cour d’appel britannique à rejeter la demande américaine. “Toute assurance que pourrait donner le ministère (américain) de la Justice sur les procédures judiciaires ou le régime de détention que Julian pourrait risquer aux Etats-Unis serait non seulement inutile mais aussi dénuée de sens“, a-t-elle affirmé dans un communiqué. “Cela fait longtemps que les Etats-Unis rompent leurs engagements en matière de traitement des prisonniers envers les pays qui acceptent l’extradition, y compris le Royaume-Uni, comme l’ont documenté les organisations de défense des droits humains à de nombreuses reprises“, a-t-elle ajouté.

La justice américaine veut le juger notamment pour espionnage, après la diffusion à partir de 2010 de plus de 700.000 documents classifiés sur les activités militaires et diplomatiques américaines, notamment en Irak et en Afghanistan.

ARTICLES SIMILAIRES

Cameroun: au moins 24 arrestations ou abus sur des personnes soupçonnées d’homosexualité (HRW)

SIKKA TV

Présidentielle au Burkina Faso: Kaboré réélu au 1er tour face à une opposition sceptique

SIKKA TV

Une arnaque au phishing vise les utilisateurs de Paypal

SIKKA TV

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Politique de confidentialité et cookies