fbpx
SIKKA TV

Le vaccin AstraZeneca fabriqué en Inde n’est pas accepté dans l’UE (agence européenne)

Ecouter l'article

La version indienne du vaccin contre le Covid-19 d’AstraZeneca n’est pas autorisée dans l’UE en raison de la possibilité de “différences” avec l’original, a déclaré mercredi l’Agence européenne des médicaments(EMA).

L’Union africaine (UA) s’est plainte que la non-reconnaissance par l’UE du vaccin Covishield, fabriqué en Inde à moindre coût, pourrait être préjudiciable aux populations d’Afrique où il est largement utilisé.

“Même s’il utilise une technologie de production analogue à celle du Vaxzevria (le vaccin d’AstraZeneca), le Covishield en tant que tel n’est actuellement pas approuvé par l’UE”, a déclaré l’EMA à l’AFP.

“Cela s’explique par le fait que les vaccins sont des produits biologiques. Des différences infimes dans les conditions de fabrication peuvent entraîner des différences dans le produit final et la législation européenne exige donc que les sites de fabrication et le processus de production soient évalués et approuvés dans le cadre du processus d’autorisation”, a ajouté l’EMA.  

Seuls quatre vaccins sont actuellement autorisés dans l’UE : ceux de Pfizer/BioNTech, Moderna, AstraZeneca et Johnson & Johnson.

Quatre autres font l’objet d’un “examen continu” en vue d’une éventuelle autorisation : Spoutnik (Russie), Sinovac (Chine), CureVac (Allemagne) et Novavax (États-Unis).

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a toutefois approuvé Covishield et a déploré le fait que certains pays refusent son utilisation. 

“C’est très dommage car AstraZeneca-Covishield est exactement le même vaccin qu’AstraZeneca-Vaxzevria”, a déclaré mardi Richard Mihigo, du bureau régional de l’OMS pour l’Afrique. “La seule différence est que Covishield est fabriqué et distribué dans d’autres parties du monde que l’Europe”.

Il a exhorté les pays de l’UE à accepter l’utilisation du Covishield. 

Dans une déclaration commune diffusée lundi, l’UA et les Centres africains de contrôle et de prévention des maladies ont déclaré que ces règles mettaient “en péril le traitement équitable” des personnes vaccinées en Afrique.

ARTICLES SIMILAIRES

Pénuries de carburant: le gouvernement britannique tente de rassurer

SIKKA TV

Les éléphants, emblèmes de la Côte d’Ivoire, en voie d’extinction

SIKKA TV

A Douala, le phénomène des gangs prend de l’ampleur, la population s’organise

SIKKA TV

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Politique de confidentialité et cookies