fbpx
SIKKA TV

Niger: retour de près de 6.000 déplacés dans le Sud-Est

Ecouter l'article

Près de 6.000 personnes qui avaient fui en 2015 des attaques jihadistes, ont été reconduites à Baroua, leur localité d’origine située dans la région de Diffa (Sud-Est du Niger), ont indiqué lundi les autorités locales.

C’est la toute première opération de retour de déplacés dans leur localité d’origine et qui concernera dix-huit autres villages. Elles avaient été réinstallées dans des sites de la région, notamment dans la ville de Diffa elle-même.

“Il s’agit d’un retour volontaire et 1.187 ménages, soit 5.935 personnes, ont déjà regagné depuis hier (dimanche) Baroua”, une localité située près de Bosso à proximité du Lac Tchad, a déclaré à l’AFP Yahaya Godi, le secrétaire général du gouvernorat de Diffa, une région proche du Nord-Est du Nigeria.

A terme, ce sont de 8.000 à 10.000 personnes qui doivent retourner à Baroua.

La télévision publique nigérienne a montré dimanche soir les images de l’arrivée à Baroua, sous haute escorte sécuritaire, d’une vingtaine de camions bourrés de vivres, de réserves d’eau, de lits, de matériaux pour confectionner des abris, au dessus desquels étaient assis des hommes, des femmes et des enfants.

“Compte tenu de l’évolution positive de la situation (sécuritaire) sur le terrain, le gouvernement” a décidé “de donner son feu vert aux populations déplacées pour retourner dans leurs villages d’origine”, a déclaré Issa Lémine, gouverneur de la région de Diffa, qui a accueilli les premiers arrivants à Baroua. 

“Les dispositions sont prises par les Forces de défense et de sécurité pour renforcer quotidiennement la protection des personnes de retour”, a-t-il assuré.

“Tout le village est tombé en ruines et il faudrait tout reprendre à zéro: centres de santé, système de distribution d’eau potable, écoles, mosquées … tout est délabré”, a déploré un élu local.

Selon Yahaha Godi, “quand les autres déplacés” encore réticents “verront que les conditions de sécurité sont réunies” et que ” l’eau, les centres de soins et l’école, les abris” seront à nouveau disponibles, “ils vont emboîter certainement le pas” aux premiers déplacés rentrés.

En outre, des programmes “Cash for work” (travail contre argent) sont prévus et visent à “inciter et à rémunérer” ces habitants à travailler sur des chantiers de reconstruction de leur propre village, a-t-il expliqué.

La région de Diffa au Niger abrite 300.000 réfugiés nigérians et déplacés (plus de 100.000), fuyant les exactions des jihadistes de Boko Haram et sa branche dissidente du groupe Etat islamique en Afrique de l’Ouest (Iswap), selon l’ONU.

Lors d’un meeting de campagne de la présidentielle en décembre 2020, Mohamed Bazoum, élu président, avait promis le retour des déplacés et réfugiés avant la fin de 2021.

ARTICLES SIMILAIRES

Donald Trump limoge un responsable qui conteste ses accusations de fraude

SIKKA TV

La mort d’une légende : Diego Maradona s’est éteint à 60 ans

SIKKA TV

Liban: le prix du pain augmente pour la quatrième fois en six mois

SIKKA TV

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Politique de confidentialité et cookies