fbpx
SIKKA TV

Sénégal: nouvelles lois “anti-terroristes” en vue, colère de l’opposition

Ecouter l'article

Les députés sénégalais doivent examiner vendredi de nouvelles lois renforçant la lutte contre “le terrorisme”, des textes jugés “liberticides” par l’opposition et des organisations de la société civile qui ont appelé à manifester devant le siège de l’Assemblée nationale à Dakar.

Des véhicules de la police et de la gendarmerie étaient stationnés à plusieurs points du centre de Dakar, avant l’examen des nouveaux textes prévu à partir de 10H00 GMT (et locales), a constaté un journaliste de l’AFP.

Les députés doivent voter des textes modifiant le code pénal et le code de procédure pénale pour “renforcer la lutte contre le terrorisme”, a déclaré à l’AFP le président du groupe parlementaire de la majorité à l’Assemblée nationale, Aymérou Gningue.

Ces nouveaux textes visent “à lutter de manière efficace et sous toutes ses formes contre le terrorisme qui s’est complexifié dans son organisation”, a précisé M. Gningue.

“Malgré la panoplie d’incriminations prises en compte dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et son financement”, les textes au Sénégal ne prévoient “pas toujours entièrement certaines problématiques”, écrit le gouvernement dans un texte transmis vendredi à l’AFP.

Ainsi, pour mieux lutter contre “certaines infractions commises en bandes organisées et toute autre forme d’économie parallèle, il convient d’élargir la palette des infractions de financement du terrorisme (et) de donner une vocation plus englobante de l’infraction d’association de malfaiteurs”, ajoute le texte.

Le Mouvement pour la défense de la démocratie (MDD), une coalition de partis et d’organisations de la société civile menée par le principal opposant Ousmane Sonko, a appelé jeudi soir à manifester vendredi contre les nouveaux textes.

“Ce projet de loi tue notre démocratie parce qu’on va accuser tout contestataire de terrorisme”, a déclaré à la presse un de ses responsables, Babacar Diop qui qualifie les nouveaux textes de “liberticides”.

Une disposition du code pénal révisé, en son article 279, est particulièrement décriée par le MDD. 

Elle assimile à des “actes de terrorisme punis de la réclusion criminelle à perpétuité” des faits “commis intentionnellement en relation avec une entreprise individuelle ou collective ayant pour but d’intimider une population” et “de troubler gravement l’ordre public”.

Des responsables du M22 ont affirmé à la presse que le président Macky Sall veut réprimer toute manifestation contre le projet qui lui est attribué de vouloir se présenter à la présidentielle de 2024.

M. Sall, élu au second tour en 2012 face à Abdoulaye Wade et réélu en 2019, entretient le flou sur ses intentions en 2024.

Le Sénégal est considéré comme un îlot de stabilité relativement épargné par les attaques jihadistes, mais le pays demeure préoccupé par la situation chez ses voisins sahéliens. 

ARTICLES SIMILAIRES

Nigeria : plusieurs centaines de collégiens enlevés après une attaque

SIKKA TV

Massacre dans l’Ouest ivoirien en 2011: la perpétuité pour un ex-chef de guerre

SIKKA TV

Pandémie: le patron de l’OMS dénonce la “cupidité” qui prolonge l’agonie du monde

SIKKA TV

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Politique de confidentialité et cookies