fbpx
SIKKA TV

Signal, Telegram, quelle est l’application la plus sécurisée pour remplacer WhatsApp ?

C’est un changement qui aurait pu passer totalement inaperçu. La semaine dernière la messagerie WhatsApp a encouragé ses utilisateurs à accepter de nouvelles conditions d’utilisation.

Cette modification est une chose habituelle dans le monde des applications. Pourtant, certains utilisateurs ont été interloqués par un passage. Ce dernier indique que l’application va désormais partager plus de données avec Facebook, qui a racheté WhatsApp en 2014.

Plus tard dans la semaine, la messagerie annonce dans un communiqué que “WhatsApp ne partage pas les données de ses utilisateurs en Europe avec Facebook dans le but que Facebook les utilise pour améliorer ses produits ou ses publicités“.

Il y a pourtant un but derrière cette opération, faciliter l’accès des entreprises à WhatsApp pour proposer des achats directement dans une conversation.

Mais si l’application dément, les utilisateurs, eux, s’inquiètent et de nombreuses questions restent en suspens. On répond à une liste non exhaustive d’entre elles.

Lire aussi : WhatsApp va-t-il désactiver votre compte si vous ne livrez pas plus de données à Facebook ?

Quelles sont les alternatives à WhatsApp ?

Il y en a plusieurs. Certaines sont historiques et existent depuis de nombreuses années. On citera notamment Viber (Israël – 2010), WeChat (Chine – 2011) ou encore Telegram (2013 – Russie).

Mais c’est une autre dont on a moins souvent entendu parler qui voit son nombre de téléchargements exploser. “Signal” est apparue en 2014 aux Etats-Unis. Son point fort par rapport aux autres ? Le chiffrement des données qu’elle utilise. Pour preuve, la Commission européenne recommande l’utilisation de Signal à son personnel pour la communication avec les personnes extérieures à l’institution.

Face à un énorme flux de nouveaux utilisateurs, Signal a vu ses serveurs saturer en fin de semaine dernière. Un problème résolu depuis lors.

Ok, et Telegram alors ? C’est bien aussi ?

Comme expliqué plus haut, Telegram est une application de discussion créée en Russie en 2013. Elle est un peu plus ancienne que Signal mais était surtout bien plus connue jusqu’à l’exode vers Signal de la semaine dernière.

Mais contrairement à cette dernière, Telegram est beaucoup moins transparente. Son code source (un texte qui présente les instructions composant un programme sous une forme lisible), est en effet bien gardé. Celui de Signal est quant à lui disponible à tous, ce qui permet de vérifier qu’il est bien construit et qu’aucune faille n’existe.

Le cryptage des deux applications n’est pas non plus identique. Chez Signal, c’est du bout-en-bout. Cela veut dire que le message est chiffré de l’expéditeur au destinataire. Pour obtenir cette possibilité chez Telegram, il faut activer une option “secret chat”. Dans le cas contraire, les messages envoyés ne seront pas sécurisés.

En ce qui concerne l’usage, Signal et Telegram sont presque similaires. Ce sont des détails qui vont les différencier. Les groupes de discussion sont par exemple limités à 1000 membres chez la première, 200.000 pour la seconde. Telegram propose également de se créer un pseudonyme pour discuter, ce qui n’est pas possible ailleurs.

Source: rtbf.be

ARTICLES SIMILAIRES

Rumeurs “de vols de sexe” dans le centre du Nigeria: un pasteur lynché et un couvre-feu imposé

SIKKA TV

Covid-19 : des élus français fustigent la “propagande complotiste” sur Internet

SIKKA TV

Expulsés par Trump, les migrants mexicains attendent Biden

SIKKA TV

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Politique de confidentialité et cookies