fbpx
SIKKA TV

Sommet européen : sous pression des nouveaux variants du Covid, le défi de parler d’une seule voix

Ecouter l'article

Regardez comme le Covid-19 divise la société belge et ses représentants politiques.

Relâcher ou pas les restrictions ? Permettre ou pas de voyager davantage ? Des tensions semblables tiraillent chacun des 27 états de l’Union européenne. Et pourtant ils doivent non seulement se fixer un cap national, mais aussi coordonner ces politiques au niveau européen.

C’est une gageure depuis les premiers jours de la crise. Ce sera le cas, plus que jamais, ce jeudi au sommet européen virtuel.

Permettre la libre circulation des personnes, pas des variants

C’est la 10ème fois que les 27 chefs d’Etats et de gouvernements européens se ” réunissent “, face à face ou en virtuel, en une année de pandémie. Mais la pression n’a peut-être jamais été si forte. Les nouveaux variants du Covid-19 invitent la prudence, sans tarder. Or la fatigue de la population et l’asphyxie de nombreux secteurs dont celui du tourisme invitent aux réouvertures, sans tarder.

Le Covid-19 sera le premier sujet abordé par la tablée virtuelle, ce jeudi après-midi peu après 15 heures.

Seront abordées les restrictions aux frontières qu’ont adoptées dix pays de l’UE, inquiets face aux variants du Coronavirus.

La Commission européenne a sommé six de ces Etats à s’expliquer, dont la Belgique qui interdit tout voyage non essentiel mais aussi l’Allemagne.

La Commission juge ces mesures aux frontières “disproportionnées”, alors que les Vingt-Sept s’étaient initialement promis de n’adopter que des mesures “proportionnées” et “non discriminatoires”.

Produire plus de vaccins : comment ?

La lenteur de livraisons des vaccins ou de certaines campagnes de vaccination sera aussi abordée.

Le Premier ministre belge Alexander De Croo demande, avec une poignée d’autres Etats dans un courrier adressé au président du Conseil européen, que l’Europe redouble d’effort pour accroître la production de vaccin au sein de l’Union. Pour y arriver, ils préconisent une large alliance entre industriels, chercheurs et pouvoirs publics.

Brandir un “certificat européen de vaccination”: quand ?

Un autre sujet de débat pourrait progresser, mais pas encore aboutir : celui de l’apparition de “certificats de vaccinations”.

Imaginez qu’une fois vacciné vous disposiez d’un document ou un QR code qui atteste partout dans l’Union que vous avez reçu le vaccin. Imaginez qu’avec ce certificat vous puissiez à nouveau franchir les frontières, mais aussi aller au concert, prendre l’avion, faire du tourisme. Alléchant.

L’idée séduit les compagnies aériennes, les hôtels, les organisateurs de grands événements. Et elle est sur les rails au Danemark et en Suède, sans attendre une harmonisation européenne.

Au Danemark, le Ministre des finances Morten Boedskov avait annoncé début février un “Corona Pass” danois, d’ici l’été : Il y a des pans de la société Danoise qui doivent avancer. Le monde des affaires doit être capable de voyager. C’est pourquoi je suis heureux d’annoncer aujourd’hui un nouveau partenariat entre le gouvernement, le secteur des affaires et le secteur culturel, sur le développement d’un “passeport Corona” numérique. Dans 3, 4 mois il sera technologiquement prêt pour que nous entamions je l’espère une réouverture progressive, calme de la société danoise.”

Une réouverture en interne, avec des événements au Danemark rouverts sur présentation de ce passeport et une réouverture vers l’extérieur, les voyages.
Le Danemark comme la Suède s’engagent à ce que leurs “passeports” soient compatibles avec un futur équivalent pour toute l’Union.

Une idée à faire mûrir

Mais l’idée n’est pas encore mûre à échelle européenne. Des Etats veulent hâter le processus et d’autres pas.

La Grèce est la première à avoir poussé l’idée. Comme Malte ou l’Espagne, elle espère pouvoir sauver sa haute saison touristique en retrouvant rapidement une affluence européenne.

D’autres Etats, comme la Belgique, la France ou l’Allemagne, soutiennent qu’il faut attendre, que lever les restrictions des seuls vaccinés sera discriminatoire aussi longtemps que le vaccin ne sera pas proposé à chacun. Ils s’engagent à en reparler quand 70% de la population sera vaccinée.

Outre le calendrier, l’usage d’un tel certificat doit aussi être précisé : quelles restrictions lèvera-t-il ? Jusqu’où pourrait-on utiliser ce “laissez-passer”?

Aujourd’hui les 27 Etats européens sont malgré tout d’accord sur le principe d’un certificat commun, uniforme, qui attestera que vous avez été vacciné. Pour les modalités pratiques et le timing, il y a donc des désaccords à aplanir.

Ces débats animeront ce sommet mais devraient se poursuivre bien au-delà.

ARTICLES SIMILAIRES

Australie : La diffusion de vidéos sexuelles tournées au Parlement fait scandale

SIKKA TV

RDC: Eddy Kapend, condamné pour l’assassinat de Laurent-Désiré Kabila, bientôt libre?

SIKKA TV

Nouveau rapt de masse dans une école pour jeunes filles au Nigeria

SIKKA TV

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Politique de confidentialité et cookies