fbpx
SIKKA TV

Soudan du Sud: combats meurtriers entre factions rivales du parti du vice-président Riek Machar

Ecouter l'article

Des affrontements meurtriers ont éclaté samedi entre des factions rivales du parti du vice-président sud-soudanais Riek Machar, le SPLM/A-IO, a annoncé un porte-parole de M. Machar.

Des dirigeants de la branche armée du parti de M. Machar avaient annoncé mercredi la destitution de celui-ci de ses fonctions à la tête du parti et de son appareil militaire. Les partisans de M. Machar, ex-rebelle redevenu vice-président du Soudan du Sud, avaient dénoncé vendredi “un putsch raté”.

Les partisans du général Simon Gatwech Dual, rival de M. Machar au sein du SPLM/A-IO, ont attaqué les hommes du vice-président sud-soudanais, qui ont “repoussé les agresseurs”, a déclaré ce porte-parole de Riek Machar, le colonel Lam Paul Gabriel.

Selon ce colonel, les hommes de M. Machar ont tué deux généraux et 27 soldats “ennemis”, tandis que les partisans de M. Machar ont perdu trois hommes.

Aucune confirmation indépendante des combats n’a pu être obtenue dans l’immédiat, ni de commentaire de la part de la faction de M. Gatwech Dual.

Le colonel Gabriel a ajouté que Simon Gatwech Dual et un autre lieutenant général avaient été évacués de l’autre côté de la frontière, au Soudan.

“La direction du SPLA-IO demande au gouvernement du Soudan de maintenir sa neutralité en gardant les deux (hommes) au Soudan et en ne leur permettant pas de revenir et de provoquer davantage d’insécurité dans la zone”, a-t-il indiqué dans un communiqué publié en anglais.

Simon Gatwech Dual, un des dirigeants de la branche militaire du SPLM-A/IO était le signataire du communiqué annonçant mercredi la destitution de M. Machar de ses fonctions de président du parti et de chef de son appareil militaire. Ce communiqué proclamait M. Gatwech Dual dirigeant par interim du mouvement.

Ces rivalités internes sont susceptibles de miner le fragile processus de paix signé en 2018, destiné à mettre fin à une longue guerre civile ayant fait 400.000 morts, née de la rivalité entre Riek Machar et le président sud-soudanais Salva Kiir.

M. Machar, qui était vice-président de M. Kiir lorsqu’a éclaté la guerre civile en 2013, est redevenu vice-président aux termes de cet accord. Il fait depuis face à une opposition grandissante au sein de son parti, où s’opposent de multiples factions et où des cadres se sont plaint d’avoir perdu au change dans l’accord conclu avec le parti présidentiel.

Agé de 68 ans, M. Machar est un habile politicien qui a connu les années de guerre d’indépendance contre Khartoum, des tentatives d’assassinat, les années de guerre civile et des périodes d’exil.

Ses retournements d’alliances ont façonné l’histoire sanglante du pays, qui vient de fêter les dix ans de son indépendance, obtenue du Soudan en juillet 2011.

ARTICLES SIMILAIRES

Covid-19 : l’Iran ne veut importer que les vaccins de ses alliés

SIKKA TV

Rumeurs “de vols de sexe” dans le centre du Nigeria: un pasteur lynché et un couvre-feu imposé

SIKKA TV

Législatives en Algérie : les électeurs boudent une nouvelle fois les urnes

SIKKA TV

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Politique de confidentialité et cookies